Mois : juillet 2016

Persévérer jusqu’à la fin – pasteur Patrick Salafranque

Persévérer jusqu’à la fin

Pasteur Patrick Salafranque 

 

Pour les commentaires ou questions, c’est ICI :

Les évènements récents qui ont troublé notre pays nous amène à réfléchir

sur nos réactions face à ce climat de terreur qui est en train de s’installer

dans nos pays occidentaux.

Pour les chrétiens, trois points essentiels sont développés

dans ce message donné



 
Que Dieu vous bénisse

 

Pourquoi pleurent-ils ? – Christian Chastagner

Pourquoi pleurent-ils ?

Par Christian Chastagner

 Message  -2016

Il est écrit dans Esaie 40/1-2 « Consolez, consolez mon peuple, Dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui Que sa servitude est finie, Que son iniquité est expiée, Qu’elle a reçu de la main de l’Eternel Au double de tous ses péchés. »

Christian Chastagner parle d’une société dans laquelle la souffrance et la désespérance des plus jeunes jusqu’aux aînés ne peuvent laisser l’Église et le chrétien indifférents.

Comment répondre à la soif de consolation et paix intérieure ? Quelle est le devoir du chrétien face à cette attente ? Peut-il être en bénédiction pour ses contemporains ? La condition pour la bénédiction passe par la recherche de la face de Dieu.

« Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. »

Merci de cliquer ici

pour écouter le message

Que Dieu vous bénisse

 

Réapprendre 4 choses : humilité, prière, persévérance, ne plus craindre – Gérard Gau

 

Réapprendre 4 choses : humilité,

 prière, persévérance,

ne plus craindre

Par Gérard Gau  

Message – 2015

Comme le dit le psalmiste (Psaume 36 v.9), Dieu veut abreuver

celui qui croit en Lui.

Gérard Gau invite le chrétien à bénéficier pleinement de ces bontés divines

 en suivant l’exemple de 4 personnages bibliques.

Il souligne l’importance de l’humilité avec Naaman (2 Rois 5)

l’importance de la prière avec Bartimé (Marc 10)

l’importance de la persévérance avec la syro phénicienne (Matthieu 15)

et rappelle ce que Jésus dit à Jaïrus (Marc 5) :

 « ne crains pas crois seulement ».

Pour écouter le message

cliquez ici 

Que Dieu vous bénisse

 

Persévérez dans la prière – Nicolas Thunin

Persévérez dans la prière

Par Nicolas Thunin 

Message – 2016

Comment se passe votre vie de prière ?

 Comment votre persévérance s’emploie-t-elle pour la prière?

La prière nous permet de vivre efficacement la foi,
il faut y veiller car la prière est ma conscience spirituelle.
Le problème de la prière c’est qu’on ne peut jamais s’arrêter…
pas de pause possible !
Mais souvent ce combat-là est usant et il arrive parfois
d’avoir plus envie de dormir que de prier.

Mais dans la Bible, nous trouvons 3 encouragements
pour prier et Nicolas Thunin nous le rappelle.

Pour écouter le message

cliquez ici

Que Dieu vous bénisse

 

Michée 6 / Michée 6:8

onte28099afaitconnac3aetre2cc3b4homme2ccequiestbien3b

 

1 Ecoutez donc ce que dit l’Eternel: «Lève-toi, plaide devant les montagnes et que les collines entendent ta voix!»

2 Ecoutez le procès de l’Eternel, montagnes, et vous, solides fondations de la terre! En effet, l’Eternel a un procès avec son peuple, il veut plaider contre Israël:

3 «Mon peuple, que t’ai-je fait? En quoi t’ai-je fatigué? Réponds-moi!

4 En effet, je t’ai fait sortir d’Egypte, je t’ai délivré de la maison d’esclavage, et j’ai envoyé devant toi Moïse, Aaron et Myriam.

5 Mon peuple, rappelle-toi ce que projetait Balak, roi de Moab, et ce que lui a répondu Balaam, fils de Beor, rappelle-toi le chemin de Sittim à Guilgal, afin de reconnaître les bienfaits de l’Eternel.»

6 «Avec quoi me présenterai-je devant l’Eternel pour m’humilier devant le Dieu très-haut? Me présenterai-je avec des holocaustes, avec des veaux d’un an?

7 L’Eternel acceptera-t-il des milliers de béliers, des quantités de torrents d’huile? Donnerai-je mon fils aîné pour ma révolte, mon enfant pour mon propre péché?»

8 On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien et ce que l’Eternel demande de toi: c’est que tu mettes en pratique le droit, que tu aimes la bonté et que tu marches humblement avec ton Dieu.

9 L’Eternel interpelle la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Ecoutez la menace et celui qui l’envoie!

10 «Y a-t-il encore dans la maison du méchant des trésors mal acquis et une mesure trop petite et maudite?

11 Est-on pur avec des balances fausses et avec de faux poids dans le sac?

12 Ses riches sont pleins de violence, ses habitants profèrent le mensonge, et leur langue n’est que tromperie dans leur bouche.

13 »C’est pourquoi je te frapperai par la souffrance, je te dévasterai à cause de tes péchés.

14 Tu mangeras sans te rassasier, et la faim régnera chez toi; tu feras des réserves mais tu ne les sauveras pas, et ce que tu sauveras, je le livrerai à l’épée.

15 Tu sèmeras mais tu ne moissonneras pas, tu presseras l’olive mais tu ne te parfumeras pas d’huile, tu feras couler le jus de raisin mais tu ne boiras pas de vin.

16 On respecte les coutumes d’Omri et toute la manière d’agir de la famille d’Achab, vous marchez d’après leurs conseils. C’est pourquoi je te livrerai à la destruction, je ferai de tes habitants un sujet de moquerie, et vous supporterez le déshonneur de mon peuple.»

 

Michée 6

Que Dieu vous bénisse

« Jusqu’au bout ! » Persévérance dans la prière, – par Lily/éloigne-toi et reste seul avec Dieu – Paul Washer

 Jusqu’au bout !

Persévérance dans la prière.

par Lily

 

Commentaire de Lily du 22/2/15 derrière l’article :

Eloigne-toi et reste seul avec Dieu de Paul Washer

En lisant un commentaire derrière la vidéo de Paul Washer,  j’ai eu envie de te partager mon propre témoignage en la matière. Chrétienne depuis de nombreuses années, j’ai toujours aimé prier, et beaucoup prier selon moi. Avec le Saint-Esprit, j’ai découvert que l’on pouvait prier sans cesse et je l’ai aussi expérimenté.

Mais j’ai aussi découvert que le plus difficile était pour moi :
– de parvenir à conserver une vie constante de prière sur le long et le très long terme.
– de ne voir s’accomplir que très peu de ce pourquoi je priais.

Mais un jour, le Seigneur m’a enseigné deux ou trois choses qui on changé ma vie de prière. Il m’a expliqué qu’en matière de prière comme de vie chrétienne, il fallait aller jusqu’au bout. Je me suis alors demandé comment je pouvais aller jusqu’au bout d’une prière, comment je pouvais savoir que j’étais parvenue au bout ? Est-ce que le Seigneur et moi étions d’accord sur ce que pouvait être ce bout ?

Avant cela, aller au bout d’une prière signifiait pour moi avoir terminé ma phrase sans être distraite par quoi que ce soit.
Cela, je le faisais plutôt bien et, de temps en temps, cela portait du fruit, je voyais un accomplissement.

Le Seigneur me parlait d’une tout autre chose. Il a pris l’exemple de la course à pied et m’a posé une question.

– Dans la course à pied, comment sais-tu que tu es arrivée au bout ?

Et moi de répondre :

– lorsque je suis arrivée à la bande d’arrivée, lorsque je la vois et que je la touche, c’est bon, c’est fini.

Ensuite, il m’a dit ceci :

– lorsque tu pries pour une chose, de même, comment sais-tu que tu es au bout de ta prière ?

Et là, les yeux de mon entendement ce sont ouverts et j’ai répondu ce qui aujourd’hui me semble d’une grande évidence :

– Lorsque je vois l’accomplissement de ma prière.
Donc tant que je n’ai pas vu l’accomplissement de ma prière – atteint le marquage d’arrivée – c’est que je ne suis pas allée au bout de ma prière, de ma course.

Cela a d’abord été pour moi un constat très amer parce que j’ai découvert que ces années durant, j’avais commencé de nombreuses courses sans jamais aller au bout de certaines.

Mais ensuite, c’est devenu comme du miel. Ce secret – parce que pour moi c’en était un – a bouleversé de nombreux aspects de ma vie de prière. Il m’a ouvert les yeux sur de nombreuses erreurs que je faisais et surtout m’a permis de revenir dans toutes les courses que j’avais abandonnées sans le savoir.

Pour en venir à cette question qui est celle de beaucoup :

Doit-on prier encore et encore pour la même chose ?
Il me semble que c’est ce que nous voyons Jésus faire en Matthieu 26.38-43. Il passe des heures dans la prière et à l’agonie pour demander une seule et même chose au Père. C’est ce que Hana, la mère de Samuel a fait : prier et supplier Dieu toute ces années pour une seule chose : un enfant.

Je répondrais oui, sans aucun doute, et sans cesse, tant que l’on n’a pas vu ou reçu la réponse.
Personnellement, je prie pour de nombreux sujets, certains plus difficiles que d’autres, et pour certaines prières, je rabâche sans relâche 🙂

Par exemple, pour le salut des membres de ma famille. Avant de comprendre le principe du « jusqu’au bout », après avoir demandé leur salut au tout début de ma conversion, je priais une fois de temps en temps, selon les circonstances que nous traversions ou lorsque j’y pensais.

Aujourd’hui, pour ceux qui ne sont pas sauvés, j’essaie d’avoir une discipline pour les apporter au Seigneur tous les jours. J’ai opté pour un cahier avec des listes de noms que je coche ou barre au fur et à mesure qu’ils viennent au Seigneur, sans pour autant arrêter de prier. Je peux répéter pendant 5, 10 voire 30 minutes la même chose, la même prière, qui peut être celle-ci : « Eternel mon Père, visite les membres de ma famille, brise les forteresses qui les empêchent de voir briller la splendeur de l’Evangile, convaincs-les de péché et de jugement, et amène au salut au nom du Seigneur Jésus Christ ».
Ou encore celle-ci, une action de grâce : « Merci mon Dieu, je te rends grâce et je bénis ton Saint Nom parce que tu visites ma famille pour l’amener à la repentance véritable et au salut au nom du Seigneur Jésus Christ ».

Peu importe, je suis sur ma trajectoire et tant que je ne les verrais pas tous en Christ, ma course – ma prière – ne cessera pas sauf pour ceux qui décèdent ou pour ceux pour qui Dieu m’a donné une réponse ou une direction claire.

Le cahier est un moyen de garder une discipline personnelle et d’être encouragée, parce que l’on peut voir les noms barrés et prendre conscience que cela marche, et tenir ferme dans cette course-prière pas toujours facile.
Mon constat : les personnes pour lesquelles j’ai été une vraie « rabâcheuse » sont venus au Seigneur rapidement et de façon extraordinaire pour la grande majorité.

Certaines courses se font sur quelques mètres comme dans la cour de récréation d’une école, et d’autres sur de très longues distances comme le marathon de New York. On ne s’y prépare pas de la même manière. On ne voit pas forcément  dès le départ la ligne d’arrivée. On ne sait même pas, pour certaines, si l’on va y parvenir (malaise, accidents, voir décès avant la ligne d’arrivée). Mais on se lance avec l’idée d’aller au bout, autant que cela dépend de soi. Chaque foulée est comme une répétition de notre prière, et chaque foulée nous rapproche inexorablement de la ligne d’arrivée. Peu importe que ce soit par en grandes enjambées ou en toutes petites foulées, l’important est de garder le rythme qui nous convient.

Certaines prières sont des sprints, des courses de quelques mètres, nous recevons des réponses rapides et immédiates. D’autres sont de vrais marathons, et les réponses sont plus longues à venir, peut-être même qu’on ne verra pas la ligne d’arrivée.
Pour moi, c’est cela la foi, courir avec ou sans ligne d’arrivée sous les yeux, sachant qu’elle existe, qu’on l’atteigne ou pas. On peut la saluer de loin et faire tout ce qui est en son pouvoir pour tenter de l’atteindre, comme en Hébreux 11.

De façon plus pragmatique, mon expérience personnelle me démontre que lorsque je prends du temps pour insister « lourdement » sur une seule et même prière, la réponse qui suit est au-delà de ce que j’en attendais. Elle peut être oui ou non, mais il y a toujours quelque chose qui se passe. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est très difficile de prier une seule et même prière pendant plus de 5 minutes.  Pour moi, cela demande de faire preuve d’une grande violence pour rester concentré, mais cela a aussi développé « mes muscles spirituels ».

Pour des sujets où j’ai besoin d’une réponse rapide ou des sujets dans l’impasse depuis des années, tout semble se débloquer lorsque j’applique cette méthode, je reçois alors la réponse.

Cette forme de prière est pour moi la plus difficile car elle semble secouer la chair et soulever toutes les forces des ténèbres, mais son efficacité est sans pareille.
C’est un témoignage personnel, j’espère qu’il sera utile. On peut aussi demander au Seigneur ce qu’il en pense, avec insistance si nécessaire !  ;).  Il te répondra de façon certaine.

Quelqu’un a dit un jour qu’il existait de nombreux livres sur la prière, écrits en majorité par des gens qui en avaient fait un sujet d’étude et non une pratique personnelle.

J’avoue que plus j’avance dans une pratique personnelle de la prière, plus j’abandonne les théories pour suivre la voix de l’Esprit, plus je découvre qu’il n’y a pas une, mais de multiples façons de prier. À nous de les trouver dans la prière (Lol!) et de les adapter aux sujets et aux circonstances qui se présentent à nous.

Peut-on imaginer aujourd’hui une armée partir en guerre avec comme seule arme un pistolet pour chaque soldat ? Pour moi, la Bible est une véritable armurerie à elle seule, dans laquelle on trouve toutes sortes d’armes, d’instruments, d’outils pour mener une guerre à son terme. Nous avons juste besoin du gardien de l’armurerie – le Saint Esprit – et d’un entrainement au maniement de chaque arme pour gagner en efficacité.

On voit toutes sortes de prières dans la Bible : en posture couchée, assise, prostrée, debout, silencieux, dans un murmure, à voix haute, avec cris, en agonie, seul, en groupe… Une richesse incroyable. La critique et les discours sont faciles lorsque l’on « étudie » la prière.

Mais plus l’on prie et plus l’on se tait.
Avançons dans notre vie de prière simplement, le Saint Esprit nous conduira… à murmurer, crier, pleurer, agoniser, répéter mille fois la même chose ou pas, debout, assis, couché, prostré… Comme bon lui semblera, et selon l’urgence du besoin, selon la motivation ou selon la nécessité.

Que la grâce du Seigneur Jésus Christ soit avec nous tous.

Source de l’article

Que Dieu vous bénisse
Jesus notre Seigneur.

En jesus-Christ nous avons la vie éternelle.

%d blogueurs aiment cette page :